alamouche.com

Home - E-mail

Editos: Heures de pêche

Heures légales de pêche

Photo de truite de mer sur l'Etne, Norvège
Philippe et une truite de mer
prise en fin de nuit.
Rivière Etne, Norvège
(Photo Thierry Willems)
S'il y a quelque chose qui m'agace dans la réglementation de la pratique de la pêche en France, ce sont bien les heures "légales" de pêche. La loi prévoit en effet que la pêche ne peut être pratiquée que d'une demi-heure avant le lever du soleil à une demi-heure après son coucher. Il n'y a en gros que deux exceptions à cette règle: la carpe que l'on peut pêcher dans certains endroits toute la nuit, et la truite de mer dont la pêche peut être autorisée par arrêté préfectoral jusque deux heures après le coucher du soleil dans certains cours d'eau classés.

Je trouve cette réglementation stupide et sans réel fondement. Elle me fait penser à un certain couvre-feu imposé en temps de guerre. Dans tous les pays où j'ai eu la chance de pouvoir pêcher, sauf l'Islande, il est possible de pêcher 24 heures sur 24, voire 365 jours sur 365 comme aux USA. Et cela sans que la densité et la taille des poissons aient quoi que ce soit à envier à celles de nos cours d'eau français. Voyons les arguments invoqués en faveur de ce couvre-feu, ceux que l'on peut leur opposer, et les problèmes que l'application de cette réglementation ne manque pas de poser.

Le braconnage

Pêcher de nuit, c'est du braconnage! Pourquoi? Parce que c'est interdit. Évidemment, pour ceux qui pensent ainsi, les choses sont simples. Il n'y a même pas à se poser la question. La loi, c'est la loi. Comme si la loi émanait d'une autorité supérieure qui n'aurait de compte à rendre à personne. C'est faux. Nous sommes en démocratie. Les lois sont élaborées et votées par les élus du peuple. Il y a donc moyen de changer les lois. Au besoin en changeant d'élus...

Le braconnage a d'autres significations pour moi. Je pense qu'un braconnier est avant tout un individu qui attrape des poissons en employant des méthodes prohibées par la loi. Et le bon sens... Utiliser des explosifs, des produits polluant pour prendre des poissons, ça c'est du braconnage. Barrer un cours d'eau avec des filets, c'est aussi du braconnage. Ces méthodes doivent être prohibées parce qu'elles mettent en danger la survie des espèces. Par extension, et bien que ce ne soit pas considéré comme du braconnage, certains modes de pêche, parce qu'ils ne permettent généralement pas de relâcher les poissons dans de bonnes conditions, devraient être prohibés. Je pense notamment aux appâts naturels dans les cours d'eau à truite, ou encore aux hameçons doubles ou triples, munis d'ardillons, dans ces mêmes cours d'eau.

En tout cas, il me semble que le vrai braconnier, celui qui emploie des méthodes interdites, préfèrera pratiquer hors de la vue des autres, c'est-à-dire la nuit quand la pêche est interdite. Il sera alors beaucoup plus tranquille... L'interdiction de pêcher la nuit peut donc encourager le braconnage!

Les poissons mordent mieux la nuit


Il faut interdire la pêche de nuit, car les poissons mordent mieux la nuit que le jour. Il faut donc protéger le poisson d'une surexploitation qui ne manquerait pas de se produire si la pêche était permise la nuit. Si certains poissons mordent effectivement mieux la nuit que le jour (autrement pourquoi voudrions-nous pouvoir pêcher la nuit?), l'interdiction de la pêche de nuit n'est sans doute pas la seule façon d'éviter une surexploitation, et sûrement pas la plus adaptée. En effet, pourquoi un pêcheur va-t-il à la pêche, si ce n'est pour attraper du poisson? Si on lui interdit de pêcher quand le poisson qu'il recherche est le plus susceptible de mordre, il ne faudra pas s'étonner de le voir se dégoûter de la pêche, ne plus prendre son permis et ne plus pêcher qu'à l’étranger ou dans des enclos piscicoles échappant à la réglementation nationale. Si les pêcheurs risquent de prendre trop de poissons la nuit, il serait plus judicieux de limiter davantage le nombre de captures, et d'augmenter la taille réglementaire de capture. Les pêcheurs pourraient pêcher, mais devraient remettre l'essentiel de leurs captures à l'eau.

Problème de garderie


Les gardes-pêche ne peuvent pas être sur le terrain 24 heures sur 24. Cet argument a été invoqué par des présidents de Fédération. Ce qui tendrait à dire que les rivières sont gardées le jour, pas la nuit! À cet argument, je répondrai que si les poissons mordent mieux la nuit alors que les rivières ne sont pas gardées parce que la pêche est interdite, on ne voit plus très bien pourquoi les pêcheurs continueraient à acheter leur permis de pêche. Fort heureusement, cet argument est contredit par les gardes-pêche, et ceux que je connais effectuent régulièrement des contrôles de nuit. Non, pas à ma recherche, ils me connaissent trop bien pour savoir que même si je suis opposé à l'interdiction de pêcher la nuit, je ne me permettrais pas de pêcher quand je n'en ai pas le droit.

Un bon sentiment d'application difficile


L'interdiction de pêcher la nuit part certainement d'un bon sentiment. En-dehors de la surexploitation, on m'a encore invoqué la sécurité des personnes et des biens. Certains propriétaires riverains ne se sentiraient pas en sécurité s'ils voyaient rôder des pêcheurs la nuit le long des cours d'eau. Comme si les pêcheurs étaient des délinquants ou des criminels! Il est vrai que la nuit fait peur à beaucoup d'entre nous, mais je pense que les pêcheurs devraient avoir beaucoup plus à craindre que les propriétaires riverains.

Cela dit, l'application de la réglementation interdisant la pêche de nuit est délicate. La pêche ne peut être pratiquée plus d'une demi-heure avant et après le coucher du soleil. Ça fait quelle heure au juste? Vous le savez sans doute, les heures de lever et de coucher du soleil varient de jour en jour, tout au long de l'année. Par mesure de simplicité, nombre de gens se réfèrent aux heures de lever et de coucher du soleil à Paris, telles qu'elles sont publiées dans le calendrier de la Poste, et annoncées à la télévision après certains bulletins météo. Le problème c'est que Paris n'est pas la France. Le soleil se lève et se couche ainsi plus tôt à Strasbourg, et plus tard à Brest. Environ une demi-heure! Tenir compte de l'horaire de Paris revient donc à méconnaître la loi, à pêcher trop tard le soir à Strasbourg, et trop tôt le matin à Brest. Et ce n'est pas tout. Car s'il existe un décalage est-ouest dont tout le monde a entendu parler, il existe aussi un décalage nord-sud. Lequel fait que les nuits sont plus courtes au nord qu'au sud l'Été, et plus longues l'Hiver...

"Ouais, mais il faut bien simplifier" me direz-vous. Et bien non, je ne suis pas d'accord. La réglementation est absurde, il faut aller jusqu'au bout de l'absurdité. Ce n'est pas l'heure de lever et de coucher du soleil à Paris qui doit compter, mais l'heure locale. C'est la loi! Laquelle ne fait référence nulle part à Paris. D'ailleurs, quelle heure à Paris? Saviez-vous qu'il existe un décalage d'une minute entre Paris Est et Paris Ouest?

L'heure légale locale


Mais où trouver cette information? Comment connaître ou calculer cette heure locale? Je reconnais que c'est absurde. Mais encore une fois, c'est la loi. Puisque vous lisez ces lignes, c'est que vous avez un accès à l'Internet. A défaut de posséder un GPS capable de vous indiquer les heures de lever et coucher du soleil précise au lieu où vouv vous trouvez, allez donc sur le site du Bureau des Longitudes. Il vous offre de calculer les heures de lever et de coucher du soleil dans un grand nombre de villes de France. La vôtre y figure sans doute, ou une très proche de votre lieu de pêche. Une fois que vous avez cet horaire pour la période qui vous intéresse, imprimez-le et gardez-le sur vous. Et si vous êtes pris soi-disant trop tard en Bretagne, ou trop tôt en Alsace, sortez votre papier. C'est incontestable. C'est moins bien que d'avoir le droit de pêcher la nuit, mais c'est utile.

Photo de saumon
Ne vaut-il pas mieux les remettre à l'eau que de ne pas pêcher la nuit?
(Photo Thierry Willems)