alamouche.com

Home - E-mail

Matériel de pêche à la mouche: Soie : Marquage - Profil - Poids - Densité - Glisse - Équilibre - Couleur

La couleur de la soie à mouche


Photo de l'échouage d'un saumon pris à la mouche, Péninsule de Kola, Russie.
Echouage d'un saumon pris à la mouche, Péninsule de Kola, Russie.
(Photo Steffen Juhl)

La couleur des soies à mouche est un sujet qui a longtemps divisé les pêcheurs, et les divisent certainement encore. Et l'on trouve sur le marché des soies, il faut bien le dire, de toutes les couleurs. En gros on peut distinguer ceux qui défendent la théorie de la soie qui se confond avec la couleur d'ensemble du milieu, ceux qui sont pour la soie claire, ceux qui sont pour la soie sombre, ceux qui s'en moquent et, maintenant, les partisans de la soie transparente.

Soies flottantes et soies plongeantes


Le débat sur la question de la couleur a surtout porté sur les soies flottantes. Car, en ce qui concerne les soies plongeantes, il semble y avoir une belle unanimité des fabricants sur la question: les soies plongeantes sont de couleur plus ou moins sombre. Tous défendent cette couleur foncée sauf, à ma connaissance, un: le regretté Hugh Falkus. Hugh était un monstre sacré de la pêche de la truite de mer en Grande-Bretagne. Le moins qu'on puisse dire est qu'il avait fait le tour de la question dans son ouvrage "Sea-Trout Fishing". Il pêchait également le saumon et avait aussi écrit un livre "Salmon Fishing".C'était certainement un bon pêcheur de saumon, mais, dans ce domaine, il avait de la concurrence, et la place était fermement tenue par son ami et maître, Arthur Oglesby, véritable légende de la pêche du saumon. C'est Arthur qui m'a appris à pêcher le saumon avant de me demander, entre 1988 et 1990, de l'assister pour les stages de pêche d'Été qu'il organisait fin août à Grantown-on-Spey, en Écosse. Arthur Oglesby était le pape de la pêche du saumon, Hugh Falkus celui de la pêche de la truite de mer. Pour le saumon, le regretté George Smith, célèbre gillie du parcours de Castle Grant sur la Spey, une figure, surnommait en riant Arthur de "God" c'est à dire de "Dieu", et Hugh de "Vice-God", "Vice-Dieu". Hugh préconisait l'usage de soies plongeantes blanches, couleur, selon lui, beaucoup moins visible des poissons. Aujourd'hui, je ne crois pas que son idée subsiste, et toutes les soies plongeantes sont sombres.

Les lignes s'éclaircissent à mesure que l'on se rapproche de la surface, et les soies intermédiaires sont généralement beaucoup plus claires que les soies plongeantes.

Pour les soies flottantes, toutes les couleurs, ou presque, existent: blanc, jaune, orange, rouge, bleu, vert clair, olive sombre. Le tout en fluo ou non. La couleur a-t-elle une importance? Quelle est la meilleure couleur?

Importance de la couleur de la soie


L'importance de la couleur varie selon que l'on se place du point de vue du pêcheur, de celui qui observe la scène tel que le photographe, ou de celui du poisson.

Du point de vue du pêcheur, je pense qu'il est très utile de bien voir sa soie. Cela peut aider dans le mouvement du lancer. Cela aide certainement au niveau de la précision du lancer, et pour aider à localiser une petite mouche sèche: la soie pointe plus ou moins dans sa direction. Cela aide encore quand on pêche en mouche noyée: le comportement soudain anormal de la pointe de la soie indique souvent la touche d'un poisson avant même qu'on ne la ressente dans la main.

Du point de vue du photographe, une soie claire, voire fluorescente, est idéale pour fixer sur la pellicule le déploiement en l'air de la soie.

Du point de vue du poisson, on peut supposer qu'une soie la moins visible possible est ce qu'il y a de mieux. Oui, mais qui a déjà pu se mettre dans la peau d'un poisson. Le poisson perçoit-il les couleurs de la même manière que nous? Tous les poissons perçoivent-ils les couleurs de la même manière? Rien n'est moins sûr. J'ai eu la chance d'assister à un test de soies Airflo effectué par le fabricant dans la piscine de Brecon, au Pays de Galle. Un pêcheur lançait sa soie sur la piscine, nous étions descendus dans une pièce munie de hublots, ce qui nous permettait de voir la piscine du dessous. Quelle que soit la couleur de la soie, blanche, noire, rouge ou autre, l'arrivée de la soie sur l'eau provoquait un flash absolument aveuglant. Lors de l'impact sur l'eau, la soie n'était donc tout simplement pas visible! Passé cet effet de flash, la couleur ne ressortait pas bien du tout. Toutes les soies apparaissaient en fait plus ou moins sombres en raison du contre-jour. Seule la couleur des soies qui plongeaient était plus nettement distinguable. Quel enseignement pouvons-nous tirer de ce test?

La meilleure couleur


De notre point de vue d'humain voyant la soie de dessous comme un poisson dans l'eau, la couleur la plus claire était la moins visible à contre-jour. Pour les soies plongeantes, la couleur était de toute façon visible.

Maintenant, on peut se demander pourquoi une mouche présentée au bout d'un bas de ligne raccordé à une soie visible va quand même être prise. La réponse se trouve, à mon avis, dans la mémoire du poisson. Associe-t-il à la vue d'une certaine chose le souvenir d'un danger? Si la réponse est oui, il va se méfier, ne pas prendre la mouche, voire se sauver. S'il n'a pas le souvenir d'un danger, il n'aura cure de notre soie qui passe, quelle que soit sa couleur.

On pourrait maintenant se dire que, malgré tout, si une couleur peut évoquer le souvenir d'un danger à la mémoire d'un poisson, il vaut sans doute mieux utiliser une soie aussi peu visible que possible, une soie transparente par exemple. Peut-être, mais c'est loin d'être certain. Encore une fois, les poissons ne voient pas nécessairement comme nous. Il faut aussi tenir compte du fait qu'un fil conduit la lumière, d'autant mieux qu'il est transparent (voire la fibre optique). Entre les fils de pêche, on sait qu'il y a des différences de visibilité, le moins visible passant pour être le fluorocarbone. Et puis, si un poisson est capable de faire la différence entre un 15 et un 12 centièmes, alors comment peut-on croire qu'il ne fera pas attention à une soie dont la pointe est souvent supérieure à 50 centièmes.

La meilleure couleur, c'est, à mon avis, la couleur qui va aider le pêcheur à pêcher. Tous ceux qui ont essayé ou pêchent avec une soie transparente ont dû éprouver ce sentiment de malaise à ne pas parvenir à situer la mouche. On a souvent l'impression d'être aveugle. On situe la mouche à un endroit où elle n'est pas. Peut-être éviterai-je les couleurs trop voyantes, style orange fluo. Une soie blanche ou crème me semble parfaite. Cela dit, et quelle que soit sa couleur, j'éviterai autant que possible de poser la soie sur le poisson.

Photo d'un joli saumon de l'Umba pris à la mouche, Péninsule de Kola, Russie.
Un joli saumon de l'Umba pris à la mouche, Péninsule de Kola, Russie.
(Photo Steffen Juhl)