alamouche.com

Home - E-mail

Matériel de pêche à la mouche: Soie : Marquage - Profil - Poids - Densité - Glisse - Équilibre - Couleur

L'équilibre de la soie à mouche


Photo d'une jolie truite prise à la mouche, Péninsule de Kola, Russie
Une jolie truite prise à la mouche, Péninsule de Kola, Russie.
(Photo Martin Falklind)

Ça y est. Vous êtes décidé. Vous connaissez le numéro de soie dont vous avez besoin pour votre canne à mouche. Vous êtes décidé à acheter une soie flottante. Vous êtes convaincu du profil le mieux adapté à votre façon de lancer et à votre pêche. Vous avez lu ou entendu que telle ou telle soie avait une glisse époustouflante. Vous allez donc acheter cette soie. Etes-vous sûr qu'elle est bien équilibrée? Hein? Quoi? Qu'est-ce que c'est encore?

Soies flottantes, soies plongeantes


Ce n'est pas par hasard que j'ai choisi pour vous une soie flottante. Dans 90% des cas, c'est en effet la soie que vous achèterez. C'est la ligne passe-partout. Et puis, c'est dans les soies flottantes que vous aurez sans doute le plus de choix. En matière de soies plongeantes, les marchands sont souvent beaucoup moins bien achalandés.

C'est normal. Il y a moins de ventes en perspective. Et puis il existe plusieurs vitesses de plongée, le record revenant sans doute à Airflo qui ne propose pas moins de 6 vitesses de plongée différentes en plus des soies intermédiaires elles-mêmes déclinées en 2 vitesses de plongée. Et encore, Airflo distingue les soies pour la pêche en eau douce et celles pour la pêche en mer. Le tout en différents profils. Fantastique pensez-vous. Un cauchemar en réalité. Il est vrai que la théorie de ce fabricant est ou peut sembler juste. Dans la pratique, les choses se compliquent pour devenir impossibles. Je me souviens d'avoir à une époque commandé un type particulier de soie pour la pêche en mer. Un an plus tard, cette soie était retirée du catalogue sans que j'en ai jamais reçue aucune. La raison: les commandes ayant été insuffisantes, il n'en avait jamais été fabriqué aucune. Ce qui n'avait pas empêché le fabricant de vanter les qualités de cette soie dans son catalogue. Blablabla... Plus récemment, j'ai expérimenté le même problème avec les DI4. Malgré des commandes répétées, je n'en ai jamais reçu aucune sur une période de deux années. En y réfléchissant bien, cela est normal.

Trop de modèles


Personne n'a besoin d'un tel choix de soies et de vitesses de plongée. Ainsi que je l'ai expliqué dans le chapitre concernant la densité des soies, en réservoir une soie plongeant lentement peut très bien pêcher aussi profondément qu'une soie de plongée plus rapide. Il suffit d'attendre plus longtemps avant de récupérer la ligne, et d'effectuer une récupération plus lente. En rivière, tout va dépendre de la vitesse du courant. Mais il se peut très bien que la soie plongeant le plus rapidement ne pêche en réalité que quelques centimètres au-dessous de la soie la moins plongeante. Personnellement, pour le saumon, je n'utilise que 4 types de soie: une flottante quand je pêche en Spey Cast à la canne à deux mains, et 3 Loop Adapted en intermédiaire, plongeante lente et plongeante rapide qui correspondent à S-II et S-IV. C'est tout. Et c'est bien suffisant. Je n'utilise d'ailleurs que très peu la S-IV alors que je pêche en début de saison au nord du Cercle Polaire... En réservoir, seule la DI7 de chez Airflo semble sans rivale et d'une certaine utilité pour les compétiteurs. Les autres fabricants ne se risquent pas dans cette très haute densité qui, de l'aveu même d'Airflo, aboutit à des soies plus fragiles que la moyenne.

Alors pourquoi une telle débauche de modèles, pourquoi proposer à la vente des soies qui n'existent pas et n'existeront sans doute jamais? Je vous répondrai que le commerce à ses raisons. Le fabricant trouvera toujours quelques pêcheurs qui mordront à l'appât qui leur est proposé. Ces quelques pêcheurs vont peut-être parvenir à influencer dans ce sens quelques marchands qui vont alors commander tous les modèles de la gamme. Au bout du compte, l'opération ne sera sans doute pas du tout rentable pour le marchand, mais aura peut-être fait vendre un peu plus de soies à un fabricant qui ne parvient pas à percer sur le vrai marché, celui de la soie flottante.

Des soies flottantes, vous en trouverez à gogo. Dans toutes les marques, dans tous les profils. Et cette fois, de nombreux marchands vous proposeront deux, trois marques différentes, voire plus. Chez Airflo, c'est même carrément le bouquet, entre les soies qui flottent plus bas ou plus haut sur l'eau, le tout en transparent, jaune fluo, orange fluo, olive sombre, jaune pâle, pêche, blanc, bleu ciel, vert menthe, jaune doré... avec âme élastique ou non. Stop! À quoi sert une telle débauche de modèles. Qui va acheter et se servir d'un même numéro de soie flottante en différentes couleurs et degrés de flottaison? Et je n'ai mentionné que les modèles haut de gamme dont le prix varie tout de même entre 60 et 80 Francs le bout, hors promotions. Nous n'avons pas besoin de tous ces modèles. Ce dont nous avons besoin, c'est d'une bonne soie. C'est tout.

Une bonne soie


Et une bonne soie, c'est non seulement une soie qui glisse, mais une soie bien équilibrée. Qu'est-ce qu'une soie bien équilibrée? C'est une soie qui se lance bien, qui n'ondule pas, qui n'a pas de hoquet, qui permet la formation d'une belle boucle, qui se déroule sans heurt, qui permet un bon étalement du bas de ligne pour une bonne présentation de la mouche. Pour résumer, on pourrait dire que c'est une soie qui sait se faire oublier. Vous est-il jamais arrivé de voir une truite gober une mouche à la surface de l'eau, et de lui présenter votre imitation là, juste où vous vouliez qu'elle arrive, délicatement, sans plus y penser, et, dans les instants qui suivent, de la voir disparaître comme aspirée dans la gueule du poisson convoité? Si c'est le cas, c'est que votre ligne est bien équilibrée. Si, au contraire, votre soie arrive en tapant sur l'eau, en faisant "splash", ou si vous êtes obligé de sans cesse essayer, par des mouvements de canne, de garder un certain contrôle sur votre soie afin qu'elle ne fasse pas fuir tous les poissons à la ronde, dans un mauvais poser, alors vous pouvez vous interroger sur l'équilibre de votre ligne. Il est vrai qu'avec le développement de la pêche en réservoir, certains fabricants semblent avoir négligé l'équilibre de leurs soies. Il ne leur est sans doute pas apparu comme fondamental de fabriquer des soies au poser délicat quand il s'agit de balancer à 20 ou 30 mètres, dans un plan d'eau fraîchement stocké, un Dog Nobbler (Streamer dont la tête est un plomb peint de taille BB). Ne vous méprenez pas, je ne dénigre absolument pas la pêche en réservoir, que j'adore d'ailleurs. Mais si par un bel après-midi d'Automne, sans vent, vous essayez de prendre en sèche l'une de ces belles arcs qui sillonnent votre réservoir préféré, et que votre soie tape l'eau, vous m'en direz des nouvelles. Ces truites sont souvent des poissons qui ont été mis plus tôt en saison, et qui ont grandi naturellement dans le plan d'eau. Ces poissons ont parfois, pour ne pas dire souvent, été pris et relâchés. Sans être devenus vraiment des poissons sauvages, ils sont devenus méfiants voire craintifs. Une mouche mal présentée, une imitation pas conforme ne sera pas prise. Sur ces beaux poissons, une soie qui tape l'eau aura l'effet d'une chasse de brochet dans un banc d'alevins. Remarquez que c'est un bon moyen d'évaluer le nombre de poissons en surface. C'est même parfois incroyable le nombre de remous, et donc de poissons, qu'il peut y avoir sur un périmètre d'une vingtaine de mètres, alors qu'on ne voyait qu'un seul poisson en activité. Évidemment, après un tel tapage, vous pourrez troquer votre belle mouche sèche pour un Dog Nobbler...

Certains bons fabricants font des soies équilibrées différemment en fonction des pêches pratiquées. Il est sans doute vrai que le profil d'une soie destinée à propulser de gros poppers à Black Bass, ou une mouche à Tarpon, peut différer de celui d'une soie pour pêcher les truites de la San Juan sur hameçon de 16 à 24.
Photo de Pêche à la mouche, rivière San Juan, Nouveau-Mexique, USA.
Pêche à la mouche, rivière San Juan, Nouveau-Mexique, USA.
(Photo Thierry Willems)